La Ferme Lehmann

Le Groupe multiconseil agricole Saguenay-Lac-St-Jean vous présente la Ferme Lehmann, une entreprise agricole ayant pris l’initiative de poser des actions concrètes visant à améliorer la qualité de l’eau du bassin versant de la Belle Rivière.

Le projet collectif agricole vise un total de 90 entreprises agricoles réparties sur le territoire des municipalités d’Hébertville, de Saint-Gédéon et de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Le but premier de ce projet est de protéger les cours d’eau des apports excessifs de phosphore, et ce, afin d’améliorer la santé des écosystèmes aquatiques en milieu agricole. La coordination et les actions mises en place sont financées par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) en vertu du programme Prime-Vert conformément à l’accord Canada-Québec Cultivons l’avenir 2. 

Description de l'entreprise

Dans le rang Saint-Isidore d’Hébertville, la Ferme Lehmann exploite une ferme laitière depuis 1983. En effet, à cette date s’établissait la famille d’origine suisse de Jacob Lehmann et de Marie Montavon. Depuis, cette entreprise s’est développée et maintenant elle appartient à parts égales aux cinq membres de la famille soit Jacob, Marie, Sem, Isa ban et Léa.

Voici d’ailleurs quelques dates importantes :

  • 1983 : Achat;
  • 1999 : Construction d'une étable confortable pour les vaches laitières et d'une fosse couverte pour le compostage du fumier à l’intérieur;
  • 2001 : Construction de la fromagerie, implantation du marais filtrant pour les eaux usées et formation de la compagnie familiale;
  • 2009 : Installation du système de foin en vrac avec séchage solaire et construction d'une stabulation sur litière accumulée pour les génisses.

Aujourd’hui la ferme possède un troupeau de 30 vaches laitières de race suisse brune dont le lait sert pratiquement au complet pour la fabrication des fromages de renommées mondiales qu’elle produit.

Elle exploite des terres sur le bord du lac Vert. La superficie cultivable est de 117 ha dont 80 ha sont en propriété. Elle y réalise des rotations longues pour la production d’un fourrage de qualité qui permet d’obtenir le lait de qualité pour le fromage. Généralement la rotation est basée sur la production de 6 à 7 ans de fourrage composé d’un mélange de graminées et de légumineuses variées suivi d’une céréale pure et d’une année de céréales grainées.

Des actions pour améliorer la qualité de l’eau

Le mode d’exploitation de l’entreprise peut être considéré comme biologique, mais sans certification. Pour les animaux, le pâturage est utilisé pour tous les animaux pendant cinq mois. Les fumiers sont compostés de manière systématique ce qui diminue grandement les volumes à épandre. Cela permet de diminuer le nombre de voyages et de pouvoir garder des machineries plus petites.

L’entreprise a toujours eu le souci de la conservation des sols et de la ressource eau. En effet, l’entreprise a été une des premières à traiter ses eaux de production (laitière et fromagerie) à l’aide d’un champ de roseau (marais filtrant).

Au niveau des champs, l’entreprise a planté des haies brise-vent aux endroits stratégiques pour améliorer la couverture de neige en hiver et une protection contre les vents violents de l’été. Elle a aussi développé un programme de suivi pour l’entretien et un programme de remplacement pour ceux qui peuvent disparaître. En même temps, il y a eu des plantations pour la protection des bandes riveraines.

L’entreprise a fait réaliser son PAA. Ce diagnostic a permis d’établir un plan d’action pour continuer de corriger les points fragiles encore présents et pour consolider les travaux déjà en cours.

En terminant voici un exemple démontrant la sensibilité de cette entreprise au mode biologique et à ses bienfaits :
« TOUS les animaux vont au pâturage 5 mois par année. La vache possède une faucheuse à l'avant et un épandeur à fumier à l'arrière, ne consomme pas de diesel et ne fait pas de compaction, quelle merveille ! »

- L'équipe du GMA

Retour aux nouvelles