La ferme Markvens Joli

Le Groupe multiconseil agricole Saguenay-Lac-St-Jean vous présente la Ferme Markvens Joli qui est l'une des entreprises qui a à cœur la qualité de l’environnement.

Le projet collectif agricole vise un total de 90 entreprises agricoles réparties sur le territoire des municipalités d’Hébertville, de Saint-Gédéon et de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Le but premier de ce projet est de protéger les cours d’eau des apports excessifs de phosphore, et ce, afin d’améliorer la santé des écosystèmes aquatiques en milieu agricole. La coordination et les actions mises en place sont financées par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) en vertu du programme Prime-Vert conformément à l’accord Canada-Québec Cultivons l’avenir 2.

DESCRIPTION DE L'ENTREPRISE

C’est avec l’arrivée d’Olivier Pelletier (à gauche) en 2007 que la ferme laitière familiale devient la ferme Markvens Joli. Evens Pelletier (à droite), sur l’entreprise depuis 2000, et Olivier sont maintenant co-propriétaires.

Depuis, les deux frères innovent et développent afin d’optimiser la rentabilité de leur entreprise. En ce sens, plusieurs changements ont été apportés, notamment au niveau du cheptel et de la qualité du lait, et également pour la conservation des sols.

Située à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, la ferme familiale compte en moyenne 50 vaches en lactation et exploite aujourd’hui environ 725 hectares en culture, dont 584 en propriété. Ils y cultivent principalement du blé, du maïs ensilage et du soya. Les grains produits sont en partie consommés à la ferme et en partie exportés sur les marchés.

PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT

À partir de 2007, ils ont intégré le travail minimum des sols, leur permettant de réduire considérablement l’érosion des sols. Entre 2008 et 2016, toujours dans le but d’améliorer la conservation des sols et la qualité de l’eau, ils ont réalisé plusieurs travaux d’enrochement pour prévenir les pertes de sol par l’érosion hydrique. On peut estimer à près de 360 hectares la superficie protégée par diverses pratiques de conservations utilisées par l’entreprise. Seulement à l’automne 2016, ils ont aménagé 6 déversoirs enrochés sur les nouvelles terres acquises dans le cadre du projet du Bassin versant de la Belle-Rivière.

Également, les propriétaires se familiarisent actuellement avec les engrais verts en expérimentant l’utilisation de cultures compagnes dans le maïs. En plus de diminuer l’érosion et de protéger le sol, cette pratique culturale aide à retenir les éléments nutritifs dans le sol et en améliorer sa santé globale.

Toujours dans le cadre du projet du Bassin versant de la Belle-Rivière, ils planifient l’implantation de nouvelles haies brise-vent sur leurs terres pour 2017. Trois kilomètres d’arbres ont déjà été plantés et d’autres sont prévus pour la prochaine saison de culture. Ces haies réduisent les risques d’érosion des sols, protègent les cultures, favorisent une épaisseur uniforme de neige dans les champs durant l’hiver et représentent des corridors écologiques bénéfiques à la faune sauvage indigène.

Travailler en accord avec l’environnement permet ainsi à la ferme Markvens Joli d’avoir des pratiques saines envers la nature tout en ayant une production rentable et durable.


- Cet article est présenté par l'équipe du GMA Saguenay-Lac-St-Jean

La ferme Markvens Joli
Publié le 16 décembre 2016
Retour aux nouvelles